Menu
Jan 06

Pourquoi commencer un blogue avec un seul article et se tirer une balle dans le pied ?

More...


Glissez sur le bouton


Après un peu plus de dix ans à vouloir bloguer, je suis vraiment fière, aujourd’hui de lancer mon blogue dans la blogosphère même si je n'ai qu’un seul et unique article. Eh! oui! un seul article. Et j'en suis fière car je viens de livrer une de mes plus grandes batailles. 

Vous me direz que c’est un peu léger et pas vraiment héroïque. Surtout qu’en 2012, on estimait à plus de 3 millions le nombre de blogues qui naissaient chaque mois ! Je n’ose penser, aujourd’hui à combien s’estime l’ampleur de ces naissances. C’est vrai, j'en conviens, je viens de me noyer dans l’océan du blogage.

1. Alors, pourquoi être fière d’un acte aussi futile?

Un objectif à atteindre

C’est vrai qu’en apparence cela semble être un acte insignifiant et qui n’apportera pas, avec un seul et unique article, une grande valeur ajoutée à la blogosphère. Et je suis sûr aussi qu’il n’y a pas eu foule à se partager sur Facebook:

«  Hey! Gang! Il y a Natacha qui a publié son blogue, allez le voir!
C’est trop cool , il y a juste un article!» 

On est d’accord…

Venant du milieu du cinéma et de la télévision à une époque où internet était encore à ces balbutiements, la complexité et la compétition pour réussir à se faire distribuer et avoir du financement étaient toutes deux omniprésentes dans le processus de création. La compétition était féroce.

 Puis il y a un plus de dix ans, les blogues ont commencé à se répandre et j’ai vu là un moyen de diffusion extraordinaire, sans une contrainte pour y accéder.  C’était pour moi un soulagement que de découvrir une autre manière de faire pour partager ses créations et sortir de son isolement.

Je pouvais utiliser ce médium pour écrire des articles, des commentaires, créer des films et partager mes connaissances. Je pouvais aussi proposer mes services comme coach afin d’aider le plus de gens possible du point de vue de l’intelligence financière.

Fière malgré tout

 J’ai fini par quitter le milieu du cinéma sans lancer mon blogue et commencer une carrière dans la vente. En parallèle, j'ai continué à apprendre sur la gestion des entreprises et des finances.  J'ai perfectionné mon Buxel, un outil Excel qui m'aide encore aujourd'hui à bien gérer mes finances, planifier mon année, faire mon budget et ventiler mes dépenses.

Malgré ce virage professionnel, j'étais toujours attirée, voire obsédée par l’idée de créer un blogue. Je voulais offrir mon Buxel et faire découvrir le pouvoir de la « ventilation » financière sur le stress financier. Je voulais encourager les gens à développer leur intelligence financière pour les aider à vivre mieux au quotidien.  

Et puis, pour être tout à fait transparente avec vous, je rêvais de gagner ma vie avec mon blogue et naviguer sur les océans de ma liberté. Même si, à l’époque, il n’y avait pas beaucoup de blogueurs et blogueuses qui en vivaient, j’étais sûr du potentiel.

Cela fait donc longtemps que je veux utiliser ce portail de diffusion  pour partager et vivre de mes passions. Alors oui! Aujourd'hui, je suis fière d'avoir su dépasser mes blocages, modifier  ma trame de vie et commencer le blogage. 

Résumé

  • Reconnaître ses bons coups
  • Prendre le risque de commencer avec ce que l'on a
  • Mettre en ligne son blogue

2. Mes blocages avant le Blogage 

Le regard de l'autre

Au début de son histoire, le blogage était plutôt considéré comme un passe-temps narcissique fustigé par les critiques. Je n’étais pas trop enclin à m’exposer à ce genre de diatribe.

« Bien que la plupart des blogueurs hésitent à donner une définition claire de leurs intentions, les blogs servent principalement à l'auto-représentation, se formant alors autour des affects et des idées propres à leur(s) auteur(s). Utiliser un blog représente en effet un moyen de définir son identité, particulièrement une identité en ligne. C'est pour cette raison que la presse et l'opinion populaires sont parfois amenées à fustiger ce qu'elles considèrent comme l'égocentrisme des blogs… »       Wikipédia https://fr.wikipedia.org/wiki/Blog 

Du point de vue créatif, j’avais peur du regard de l’autre .  À la moindre critique, je pouvais tout abandonner, détruire mon processus créatif et me convaincre de ma médiocrité. J’ai passé, ainsi, une grande partie de ma vie à me saboter et à m’empêché de créer. 

Et je craignais plus que tout le regard de ma mère. Artiste-peintre, musicienne, écrivaine et cheffe d'entreprise,  je l’aimais profondément et sans conteste, je l'admirais.  Cependant, je ne crois pas qu'elle était consciente de l'impact qu’elle avait sur moi.

Chaque fois qu’elle a voulu m’encourager, ses critères étaient tellement trop élevés que, sans le vouloir ni le savoir, elle me brimait. De plus, comme je voulais partager une dimension qu’elle ne comprenait pas, j’avais peur de ces commentaires, sachant que je me saboterais par la suite.

Les outils indispensables

En plus de mes blocages affectifs, j’avais l’excuse de ne pas avoir les outils indispensables ni la compréhension informatique nécessaire pour savoir comment faire. C’était vraiment compliqué avec mon vieux PC qui fonctionnait au ralenti. Pas évident.

En 2008, ma vie a changé lorsque j’ai acheté mon premier Mac Book Pro.  J’ai commencé à voir tout le potentiel que je pouvais réaliser avec cet outil extraordinaire. Le blogage me devenait plus accessible surtout avec l’arrivée, par la suite, du WEB 2.0.

Le pouvoir a changé de main. De l’acheteur au vendeur, l’opinion des consommateurs a commencé à avoir de l’importance  et à être prise au sérieux. L’internet devenait un incontournable, les blogues, des références et les blogueurs et blogueuses, des influenceurs.

«Les composants des sites Web 2.0 (et la popularité des blogues et des réseaux sociaux) existent grâce à la possibilité d'offrir des mini-pages d'accueil, un espace de stockage, votre propre messagerie, un lecteur de musique et le partage de photos, de vidéos et de signets qui étaient initialement des technologies de «première génération». netlingo.com 
« La technologie n'ouvre que la fenêtre d'opportunité. Les marketeurs et leurs marchés créent de nouveaux produits qui tirent profit des technologies Web 2.0. Alors que le Web 1.0 connectait les utilisateurs aux réseaux informatiques pour recevoir du contenu, les technologies Web 2.0 connectent également les personnes entre elles pour produire et partager du contenu. »  

Judy Strauss, Raymond Frost (2014)  
«E-Marketing - Seventh Edition» , 7 ed. , Pearson

Les excuses pour ne pas me lancer dans le blogage ont disparu d’elles-mêmes, mais je restais prisonnière d’une forme de léthargie qui m’étouffait. Même en ayant plus confiance en moi dans le domaine créatif, j'avais l'impression  d'être condamnée à ne pas pouvoir me réaliser. 

Je sentais qu’il me fallait me lancer dans cette activité, non pas parce que je suis narcissique et que je veux me montrer, me sentir exister, me sentir belle et géniale. Non! Bien au contraire, je n’aime pas m’exposer. Je considère que c’est donner du pouvoir aux autres.

Mais je voyais tout le potentiel créatif. Je savais que créer un blogue serait mon affranchissement. Je pourrais éditer des articles et des ebooks, diffuser des photos et des films, proposer des formations ainsi que du Coaching. C’est un vrai magasin de bonbon pour tous créateurs et créatrices qui aiment avoir comme médium un ordinateur. 

Résumé

  • Vaincre la peur du regard de l'autre 
  • Profiter de l'évolution du WEB 
  • Trouver le médium qui vous ressemble et foncer

3. Mon déclencheur 

 Durant toutes ces années, j’en ai eu des idées, mais, chaque fois, je ne savais pas laquelle choisir pour entamer mon blogue. Les excuses s’accumulaient, mettant chacune de mes idées à la poubelle.  Je ne savais pas quel chemin prendre avec mes sujets de prédilection.

"Prenez garde, voyageur ! Ce chemin qui vous semble aller dans le même sens que cet autre se détourne à quelques pas, et tantôt vous serez égaré et loin de votre but. C'est ainsi dans la vie, maints sentiers ont l'air de se ressembler, même gazon sous les pieds, mêmes arbres au bord ; tous conduisant au but, en apparence. Celui-ci pourtant vous y mène et cet autre vous en écarte, et si loin que jamais peut-être vous ne vous y pourrez retrouver. Il n'est pas sûr d'ailleurs de compter sur les chemins de traverse pour vous remettre en bonne voie, obstrués qu'ils sont souvent et sillonnés de fondrières inattendues. On s'y brise, on y périt, le retour sur ses pas est presque impossible d'ailleurs ! ”

Citation de Charles Des Guerrois ;
Les pensées de l'art et de la vie (1855)

Pour contrer mes peurs, il y a deux ans, j’ai commencé à suivre des cours sur « Comment vivre de son blogue ».  J’ai choisi deux blogueurs qui offraient le même sujet pour me donner un point de vue ainsi que des techniques différentes.  

Évidemment, entre ces deux blogueurs, il y avait des similitudes, car à la base, les techniques et les conseils restent les mêmes. Mais sachez qu’à ce jour, je n'ai pas encore terminé les deux cours. J'ai arrêté au même endroit, celui où ils recommandent de bien choisir ma niche, de faire une étude de marché pour voir le potentiel de mon idée. 

Là j'étais trop obstruée par tous ces conseils et ces mises en garde. J'hésitais, je remettais en question mes choix. En bref, je ne savais pas quel sujet choisir parmi les trois qui me tenaient à coeur soit  l’intelligence financière, le développement personnel et le Taekwondo. 

De plus, tous les deux conseillaient fortement de démarrer avec un minimum de 5 articles, un ebook à donner pour capturer les courriels et une chaîne YouTube. Je trouvais toutes ces recommandations logiques, étant donné qu’un de mes objectifs était de vouloir monétiser mon blogue.

J’attendais donc  de trouver LA bonne niche, LE fil conducteur, de créer LE bon ebook et d’écrire assez d’articles pour commencer mon aventure du blogage. Mais je ne savais  pas quel canal utiliser pour exprimer toutes mes idées. J’avais peur de me confiner dans une seule direction.

J’ai donc passé la plupart de mon temps à découvrir WordPress et ses thèmes et comprendre comment fonctionne le montage d’un site. J’ai commencé, au début, avec les thèmes gratuits puis trop limités, j’ai continué avec des thèmes payants, comme Elegant theme avec Divi  puis Optimizepress. En ce moment, j’utilise Thrive themes.

Mais je suis  toujours restée au même endroit, c’est-à-dire à la construction du contenant. Je paye depuis un peu plus de deux ans, un hébergeur, un nom de domaine ( en fait, j’en ai plusieurs), mon thème ainsi que des webiciels tels que Celtx, Canva, Getresponse, Mailchiping. J’en ai passé des heures à faire et défaire mon blogue, protégé par une Page en construction. 

Puis un jour, après une année 2018 difficile, je me dis que si je ne fais rien aujourd’hui, je ne ferais rien demain. Il fallait donc que je me donne un coup de pied au cul si je voulais réussir à enclencher le processus. C’était ça, ou alors arrêter. Point barre. J’en étais rendue là. Je devais passer à l'action.

Me connaissant, il me fallait un engagement envers quelqu’un. Je me sais responsable quand il s'agit d'autrui. Je finis toujours à terme un projet, une soumission ou une obligation. Il me fallait un déclencheur. Et c’est tout a fait par hasard que j’ai découvert un événement interblogueurs organisé par Olivier Roland. J’ai profité de cet événement  pour m’engager et mettre en ligne mon blogue avec un seul et unique article.  

Résumé

  • Apprendre à se connaitre
  • Créer vous un déclencheur
  • Prendre le risque de commencer 

Conclusion

Voilà pourquoi je suis fière d’avoir lancé mon blogue, même si je n’avais qu’un seul article. J'ai sauté dans le vide pour enfin réaliser un de mes plus grands objectifs. Tenez-le pour dit! Vivre au quotidien la léthargie de l'inaction finit vraiment  par brimer notre être et nous enlever l'espoir de se réaliser.  Alors, quelle que soit la quantité d'articles qui n'ont pas été faits, les formations en suspens parmi toutes vos connaissances ou tous les ebooks dans votre tête; l'important, c’est de tout faire pour passer à l'action afin de réaliser votre objectif de vie.


Je vous donne rendez-vous au  jour 2  pour savoir comment un simple geste peut changer une vie. 

>